POLTRED. Ar c’homedian Eric Simonin en deus « ur vro ganet ennañ

, POLTRED. Ar c’homedian Eric Simonin en deus « ur vro ganet ennañ

Mercredi 29 mai 2024 11:00

photo eric simonin a zo komedian en ur film diwar-benn stourm plogoñv. 1

Eric Simonin a zo komedian en ur film diwar-benn stourm Plogoñv. © Emmanuel Pain/BRETONS

Un dremm hag ur vouezh e brezhoneg er film « Nous serons toujours là, Plogoff 1980 » eo Eric Simonin. Adkavet gantañ bro ha yezh e familh, mennet eo bremañ da veskañ e vicher komedian gant e garantez vro. Découvrez une traduction en français à la fin de cet article du magazine « Bretons ».

Pell eus bro ha ti-feurm familh e vamm a-orin eus Landerne eo bet desavet Eric Simonin e kostez Angers. Eus Franche-Comté e oa e dad en deus « pignet ar skeul sokial » e bed al labour-douar. Kroget e oa gant ar c’hoariva pa oa 15 vloaz. « Kavet’meus un doare da veskañ al lennegezh, ar sonerezh hag ur spered avantur a zo chomet ganin a-hed ma buhez. » 

Goude ur prantad e skol rannvroel ar c’hoariva en deus kendalc’het e Pariz e skol-veur ar c’hoariva La Sorbonne Nouvelle. Bevet en deus ivez avantur Théâtres en actes, ur skol, met ivez ur strollad hag ul lec’h-krouiñ savet e 1986 gant tud evel Olivier Py, deuet da vezañ rener gouel c’hoariva Avignon etre 2014 ha 2022.

Hent ar sinema

E 2011 eo en em staliet Eric Simonin e Berlin. Bevet en deus eno e-pad pevar bloaz. A-drugarez d’ar pezh-c’hoari Blutsbrüder en doa kemeret perzh enni war leurenn hollvrudet ar Volksbühne eo bet kinniget dezhañ c’hoari en ur film estonian gant ar sevenaerez Anu Aun. « Gant Polarpoiss, deuet er-maez e 2016, e oa ar wech kentañ din c’hoari evit ar sinema. Kavet’meus doareoù nevez ha plijus da c’hoari gant fiñvadennoù bihan, chuchumuchu da skouer.

Aet on kuit eus Berlin e 2016. Ma breur a oa martolod e-kichen Pempoull hag em eus bet soñj dont da Vreizh gant ar c’hoant d’ober sinema eno. Dre zegouezh he deus desket ma nizez e oa ur sevenour o c’hlask ur c’homedian evit c’hoari ur soudard alaman.

Kejet’meus gant skipailh Nicolas Guillou, tud eus ar vro o labourat war ur film hardizh, Le Réseau Shelburn , diwar-benn ar strollad a sikoure levierien karr-nij soaz kouezhet e Bro-C’hall e-kreiz ar brezel. Nicolas a glaske un den evit perzh un isofiser alaman, aes-tre eo bet hon darempred diouzhtu. »

Lire aussi : Un long-métrage en vue sur le réseau Shelburn

Liammoù gant tud Plogoñv

Goude ar c’hovid en deus kemeret Eric amzer da vale e hanternoz Breizh ha da dremen c’hwec’h miz war hent-Sant-Jakez. « Da vare-se’meus divizet ober ur stummadur war ar brezhoneg e Stumdi. Abaoe em boa lennet ar vandenn treset Bran-Ruz pa oan yaouank em eus bet c’hoant da zeskiñ ar yezh. Bez’e oa ur bajenn e galleg hag unan e brezhoneg. Ma mamm he doa lâret dit e oa yezh ma zud-kozh n’o doa morse komzet brezhoneg ganin. Pa oan deuet 50 vloaz e oa poent bras kregiñ ganti ».

Skrivet adarre gant e gomper Nicolas Guillou, Nous serons toujours là ! Plogoff 1980 a zo bet troet just goude ar c’hovid « gant un nebeud komedianed vicherel, 200 figurant, hep souten ar Rannvro, nac’het deomp. Filmet eo bet buan ha n’eo ket direbech met gant ul lusk ispisial abalamour da-se. Ur spered frankiz hag avantur a oa ganeomp ». Unan eus ar perzhoù-pennañ en deus Eric Simonin, hini ur stourmer ekologel o tont eus al Larzac.

« Savet hon eus liammoù gant ur bern tud eus Plogoñv e-pad c’hwec’h miz a-raok filmañ. Mod all e vije bet diaes-kenañ. E penn-kentañ e oa tud a lavare « tra-walc’h gant Plogoñv », bez oa bet familhoù dispartiet, tud o leñvañ, troet oa bet ar bajenn ganto. Lod o deus kemeret perzh er film peogwir e oa bet mare o yaouankiz pe e koun o c’herent, lod all ne oant ket ganet d’ar poent-se, tud ar bagadoù, ar c’helc’hioù keltiek da skouer. Muioc’h-muiañ a-dud eus Plogoñv zo deuet e-pad an treiñ. »

Lire aussi : ENTRETIEN. Le réalisateur breton Nicolas Guillou raconte la lutte antinucléaire à Plogoff, en 1980

E galleg hag e brezhoneg

Resevet eo bet mat ar film gant re Plogoñv hervez ar c’homedian. 500 den zo deuet d’an div rak-skignadenn e Douarnenez. « Komprenet o deus mat n’eo ket un teulfilm. Nicolas en doa c’hoant da lakaat ar sell war istor un intañvez eus Plogoñv a stourme evit buhez he flac’hig ha war an dachenn sokial ».

Deuet eo er-maez ar film e brezhoneg kenkoulz hag e galleg. « Deuet e oa ar mennozh pa oan oc’h ober ur staj e ti Dizale, (a labour war an advouezhiañ e brezhoneg, ndlr). Traoù zo a son gwelloc’h e stumm brezhoneg ar film, p’emañ ar maouezed kozh o kaozeal da skouer, pe pa vez klevet Manu Mehu oc’h ober al labourer-douar. » Skignet eo bet hag e vez c’hoazh ar film un tammig pep lec’h e Breizh hag e Bro-C’hall da heul ma’z a mat an traoù.

Lenn ivez : POLTRED. Tudi Crequer a skoulm liammoù etre ar brezhoneg a-vremañ hag hini e hendadoù

Kavet ar peoc’h

Dalc’het en eus soñj Eric Simonin eus ar pezh e oa bet lâret dezhañ gant ur paotr kejet gantañ e Bamako : « N’on ket ganet en Afrika. Afrika zo ganet ennon ». Da vare e staj war ar brezhoneg en ur sellout ouzh ar vro tro-dro Roc’h Nivelen, e Plogastell, en deus bet Eric Simonin ar santimant en doa kavet peoc’h o c’houzout eus pelec’h e teue.

« Pa glevan sonerezh, tud o kaozeal, son ar gorventenn, sklerijenn er c’hoadoù, ur spered hag ur yezh’deus ket c’hoant da vervel e teu din an dro-lavar : « Ur yar gozh mut he doa lakaet ur vi leun a bozioù e pleg ma skouarn ». Er vi-mañ ez eus un huñvre all a chom dezhañ da lakaat da wir : sevel ur film diwar Bran-Ruz !

Découvrez la traduction en français

PORTRAIT. Le comédien Eric Simonin a « un pays né en lui »

Eric Simonin est un visage et une voix bretonnante dans le film Nous serons toujours là, Plogoff 1980. Après avoir retrouvé son pays et la langue de sa famille, il souhaite à présent mêler son métier de comédien et son amour pour la Bretagne.

Eric Simonin a été élevé loin du pays et de la ferme familiale de sa mère, originaire de Landerneau. Son père, qui a « gravi l’échelle sociale » dans le monde agricole, était de Franche-Comté. Eric, lui, a débuté le théâtre à l’âge de 15 ans. « J’ai trouvé une manière de mêler la littérature, la musique et un esprit d’aventure que j’ai conservé tout au long de ma vie. » 

Après un passage par l’école régionale de théâtre, il a continué à Paris, à l’université de La Sorbonne Nouvelle. Il a aussi vécu l’aventure de Théâtres en actes, une école mais aussi une troupe et un lieu de création, né en 1986 grâce à des personnalités comme Olivier Py, devenu depuis directeur du festival d’Avignon.

Le chemin du cinéma

En 2011, Eric Simonin s’installe à Berlin. Il y vit pendant quatre ans. Grâce à la pièce Blutsbrüder, à laquelle il participe sur la célèbre scène de la Volksbühne, on lui propose de jouer dans un film estonien de la réalisatrice Anu Aun. « Avec Polarpoiss, sorti en 2016, c’était la première fois que je jouais pour le cinéma. J’ai trouvé des façons de jouer nouvelles et plaisantes, avec des petits mouvements, du chuchotement, par exemple.

J’ai quitté Berlin en 2016. Mon frère était marin près de Paimpol et j’ai pensé à revenir en Bretagne, avec l’envie de faire du cinéma là-bas. Par hasard, ma nièce a appris qu’un réalisateur cherchait un acteur pour jouer un soldat allemand.

J’ai rencontré l’équipe de Nicolas Guillou, des gens du coin qui travaillaient sur un film audacieux, Le Réseau Shelburn, à propos du groupe qui aidait des pilotes d’avions anglais parachutés en France au milieu de la guerre. Nicolas cherchait quelqu’un pour le rôle d’un sous-officier allemand, et le contact a tout de suite été très bon. »

Des liens avec les gens de Plogoff

Après le Covid, Eric prend le temps de marcher dans le nord de la Bretagne et de passer six mois sur les chemins de Compostelle. « À ce moment-là, j’ai décidé de faire une formation au breton à Stumdi. Depuis que jeune, j’avais lu la bande dessinée Bran-Ruz, je voulais appendre la langue. Il y avait une page en français et une en breton. Ma mère m’avait dit que c’était la langue de mes grands-parents, qu’ils ne m’avaient jamais parlée. Quand j’ai eu 50 ans, il était temps de s’y mettre ».

Réalisée encore une fois par son compère Nicolas Guillou, Nous serons toujours là ! Plogoff 1980 a été traduit juste après le Covid « avec quelques acteurs professionnels, 200 figurants, sans le soutien de la Région, qui nous a été refusé. On a filmé rapidement et le film n’est pas sans reproches, mais ça lui donne un rythme particulier. On était dans un esprit de liberté et d’aventure. » Eric Simonin y tient l’un des rôles principaux, celui d’un militant écologiste venu du Larzac.

« On a noué des liens avec beaucoup de gens de Plogoff pendant les six mois qui précédaient le tournage. Ça aurait été compliqué sinon. Au début, certains disaient : « Assez avec Plogoff », il y avait eu des familles éclatées, des pleurs, ils avaient tourné la page. Certains ont participé au film parce que ça avait été leur jeunesse, ou en souvenir de leurs parents, d’autres n’étaient pas nés à l’époque, ceux des bagadoù, des cercles celtiques, par exemple. Au fur et à mesure du tournage, de plus en plus de gens de Plogoff sont venus. »

En breton et en français

Le film a été bien reçu par les habitants, selon le comédien. 500 personnes sont venues aux deux avant-premières à Douarnenez. « Ils ont bien compris que ce n’était pas un documentaire. Nicolas voulait mettre en avant l’histoire d’une veuve de Plogoff, qui se battait pour sa fille et sur le terrain social. »

Le film est sorti en breton en même temps qu’en français. « On a eu l’idée quand j’étais en stage chez Dizale. Certaines choses sonnent mieux en breton dans le film, quand les femmes âgées discutent par exemple, ou quand on entend Manu Mehu, qui joue un paysan. » Le film a été diffusé un peu partout en Bretagne et en France, et il continue d’être projeté, au fil de l’eau.

Trouver la paix

Eric Simonin, lui, se souvient de ce que lui avait dit un homme rencontré à Bamako : « Je ne suis pas né en Afrique. L’Afrique est née en moi ». Au moment de son stage de breton, en contemplant son pays du côté de Roch Nivelen, à Plougastel, Eric Simonin a eu le sentiment d’avoir trouvé la paix en sachant d’où il venait.

« Quand j’entends de la musique, des gens qui discutent, le bruit d’une tempête, de la lumière dans les bois, un esprit et une langue qui ne veulent pas mourir, me revient cette expression : « Ur yar gozh mut he doa lakaet ur vi leun a bozioù e pleg ma skouarn » » (une vieille poule muette m’avait glissé dans le creux de l’oreille un œuf rempli de couplets). Dans cet œuf lui reste encore un rêve à accomplir : adapter Bran-Ruz au cinéma !

Yann Rivallain evit Bretons.    Ouest-France  

Retrouvez d’autres actus sur les communes de :

  • merci d’indiquer un titre’

    <!–

    merci d’indiquer un titre ‘

    –>

    • Choisir un resto :
    merci d’indiquer un nom de restaurant

    merci de saisir l’adresse du restaurant

    merci de saisir la ville du restaurant


    • Choisir un bar :
    merci d’indiquer un nom de bar

    merci de saisir l’adresse du bar

    merci de saisir la ville du bar

    merci d’indiquer un titre à votre avis


  • <!––>
  • Vos données personnelles font l’objet d’un traitement informatique par la société Additi Multimedia, sur le fondement de l’exécution d’un contrat et sont utilisées notamment pour prendre en compte, modérer et répondre à vos commentaires sur les contenus mis en ligne sur le site. Elles seront conservées conformément à notre politique de données personnelles, sauf dispositions légales particulières. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition, de limitation et de portabilité, en vous adressant directement à pdp@sipa.ouest-france.fr ou par courrier à « Délégué à la Protection des Données Personnelles SIPA Additi Multimedia – ZI Rennes Sud-Est,– 10 rue du Breil – 35051 Rennes cedex 9 ». Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. En savoir plus


Newsletter cinéma

Abonnez-vous à la newsletter ciné – Trouville-Deauville

Votre e-mail, avec votre consentement, est utilisé par la société Additi Multimedia pour recevoir les newsletters sélectionnées. En savoir plus

Vos films préférés

Retour en haut

window.onload = function() { H5F.setup(jQuery(‘.elmt-liste-form’)); H5F.setup(jQuery(‘#recherche’)); H5F.setup(jQuery(‘.elmt-news form’)); };
Cette chronique est reproduite du mieux possible. Si vous désirez apporter des explications sur le sujet « Anciens et étudiant de Panthéon-Sorbonne », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Notre plateforme sorbonne-post-scriptum.com vous conseille de lire cet article autour du thème « Anciens et étudiant de Panthéon-Sorbonne ». La fonction de sorbonne-post-scriptum.com est de rassembler sur le web des données sur le sujet de Anciens et étudiant de Panthéon-Sorbonne et les diffuser en répondant du mieux possible aux interrogations des gens. En consultant régulièrement nos pages de blog vous serez au courant des prochaines publications.